Time, change & movement

Dès qu’il y a mouvement, qu’il soit physique ou abstrait, le temps joue un rôle clé dans l’articulation du changement.

L’étude moderne du changement date en grande partie du 17ème siècle, lorsque Isaac Newton en Angleterre et Gottfried Leibnitz en Allemagne ont développé le calcul infinitésimal. Cette branche de l’analyse mathématique a permis de décrire les changements au cours du temps à l’aide d’équations.

Les changements peuvent être étudiés, simulés et créés artificiellement grâce à la notion de système dynamique : un modèle mathématique qui représente un objet ou un système présentant un nombre fini de degrés de liberté et évoluant dans le temps selon une règle d’évolution.

De plus en plus de scientifiques ont étudié ces systèmes et leurs lois, se demandant s’il était possible de les contrôler efficacement. Des disciplines telles que l’automatique et la théorie du contrôle ont émergées au milieu du 19e siècle pour réguler les comportements des machines mécaniques. Ces disciplines n’ont cessé d’évoluer depuis jusqu’à devenir cruciales pour le fonctionnement des marchés boursiers ou le développement de l’intelligence artificielle.

L’évolution de ces domaines d’étude s’est ramifiée dans de multiples directions, ayant toutes en commun l’interaction du temps avec l’espace et la matière, par l’étude d’un état du « maintenant » et de sa transformation vers un « plus tard ». Qu’elles soient utilisées pour contrôler un système électromécanique complexe, pour articuler le temps dans l’espace à travers le corps d’un danseur ou pour réguler des algorithmes financiers, les mathématiques servent d’alphabet au langage du mouvement et du changement dans le temps.