Infinitely big,
Infinitely small

L’élégance que nous observons dans la nature trouve ses origines dans les lois physiques qui régissent la création de tout pattern et de toute structure, que ce soit dans le monde macroscopique ou microscopique.

De la philosophie grecque antique à la science moderne, les humains ont cherché à identifier et à comprendre ces structures et patterns en s’appuyant sur leurs connaissances scientifiques afin de modéliser les phénomènes naturels, voire de les prédire, de les simuler et même de les contrôler.

Quel que soit le domaine, tout modèle scientifique peut être exprimé mathématiquement, à n’importe quelle échelle – de l’espace cosmique jusqu’au niveau subatomique.

La célèbre équation d’Einstein E=mc² décrit l’équivalence masse-énergie, un modèle qui a révolutionné l’astrophysique en offrant de nouvelles clés pour comprendre des phénomènes tels que la courbure de l’espace-temps ou les trous noirs.

Et, à une tout autre échelle, les patterns symétriques et les formes géométriques nous aident à comprendre et à modéliser la façon dont les atomes s’agencent pour former des cristaux.

Le cosmos et l’atome, tous deux inaccessibles et invisibles à l’œil nu, deviennent alors perceptibles et intelligibles à travers le prisme de concepts mathématiques.

La large applicabilité et l’incroyable efficacité des mathématiques pour décrire les lois des univers ont toujours fasciné les scientifiques, les penseurs et les artistes qui s’en inspirent sans cesse et se les approprient de manière créative pour imaginer et inventer.

Ce pouvoir remarquable soulève une question séduisante qui fait l’objet d’un vif débat depuis des siècles : les mathématiques sont-elles inventées ou découvertes ?